-

From HOMO.PlusMachina
Jump to: navigation, search


Blik.gif - 6works.png - Booklivre.jpg - Bookinlive.jpg - Annotat.png - Boiteamail.jpg - Cnrlib.gif - 80px - Franco.jpg - Mnet.gif - Rlib.gif - 80px

blik - primauteur - coauteur - débat numérique - cnrlib - conflex

 {{blik}}  {{primauteur}} {{coauteur}}  {{debat}}  {{cnrlib}} {{conflex}}
 <center><big><big></big><br/>[[ ]]<br/></big>[ ]<br/></center>

Page vide initiale pour la création des templates.


> prim - envoyer un e-mail au primauteur


> ann -
Annotat.png


> ref - Template:Ref


> sep -
_________________



> blik - Template:Blik


> primauteur -
Le primauteur est l'auteur responsable d'un blik, soit à titre personnel soit dans le cadre d'une collection thématique. Il le rédige et le tient jour à partir de ce qu'il estime de pertinence multiconsensuelle entre les contributions qu'il reçoit et ses propres travaux, selon l'objectif qu'il s'est assigné.

Il peut aussi organiser un cercle de coauteurs pour former un groupe de travail de son blik.

_________________




> coauteur -
Les coauteurs d'un blik en forment le cercle d'expertise et/ou de services d'interligence [1] dont le primauteur est le conveneur. Un cercle d'expertise (cerdex) est une liste de discussion par mail porteuse de débats intellitionnel. Les débats de ces cercles sont la cheville ouvrière de la capacité d'intellition participative du blik.

Ceci fait appel aux notions :

  • d'information : ce qui augmente la connaissance d'autrui, lecteur du blik, "bouquin en ligne" ou du support d'une cyberagora locale ou thématique.
  • d'intellition : le "lu entre les lignes", intrinsèque au développement du savoir [2] selon une démarche syllogistique [3] ce qui sera plus le cas pour les bliks supportant un débat numérique.


Pour les coupeurs de liens en quatre :


  1. La notion d'interligence que l'on peut faire remonter au latin Virgile est le lacis (diktyos en grec) des liens entre les choses et les personnes. Elle nous est devenue familière avec le "clic" de la souris faisant appel à un "interlien" (nous maîtrisons le contenu de la destination, dans le même document ou sur le même site) ou à un "hyperlien" (nous n'en maîtrisons pas le contenu)
  2. notion fondamentale à l'homo sapiens sapiens qui n'est pas distinguée dans le mots anglais "knowledge" qui inclut d'abord la connaissance. L'on peut traduire savoir en anglais par "command" ou "deep knowledge", d'où l'attrait actuel pour le "deep learning" qui imprime la connaissance de savoir au plus profond du "mnème" - l'ensemble des traces mémorielles intérieurement ou extérieurement conservées).
  3. Pierre AUBENQUE, « SYLLOGISME  », Encyclopædia Universalis [en ligne, consulté le 22 août 2017] : Le syllogisme est une forme de raisonnement définie pour la première fois par Aristote : « Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d'autre que ces données en découle nécessairement par le seul fait de ces données »(Topiques, I, 1, 100 a 25 et Premiers Analytiques, I, 1, 24 b 18-20). Un syllogisme comporte donc un point de départ – les prémisses – et une conclusion. Celle-ci doit être nouvelle par rapport aux prémisses (ce qui assure la fécondité du syllogisme), mais elle doit, d'autre part, découler nécessairement de ces prémisses et d'elles seules (ce qui assure la rigueur de ce type de raisonnement).




> debat -
Bookinlive.jpg
Booklivre.jpg
Le débat humain s'est poursuivi au fil des siècles oralement, épistolairement et aujourd'hui numériquement. Il a été conduit par des savants, soutenus par des princes et leurs architectes, mémorisé par des scribes, des analystes, des journalistes. Tout ceci nous a laissé le mnème des traces matérielles des événements, des personnes, des civilisations.

Les outils digitaux du numérique incluent la mémoire informatique qui permet à chacun d'en connaître et de revenir plus tard avec les mêmes éléments qu'aujourd'hui : à temps constant bien que le débat soit lui dynamique.

Comme notre société, comme la pensée, comme le droit, comme l'algorithmie, le débat en est devenu complexe, c'est à dire qu'il est passé de la réflexion dialectique entre interlocuteurs, à la conflexion polylectique au sein d'une multitude humaine artificiellement étendue, où les causes, les discours, et les effets sont multiples et se croisent. Où le propos n'est plus tant une décision commune immédiate, mais une meilleure compréhension de chacun, éclairée par les autres, qui pourra mieux conduire à des consensus plus profonds ou plus innovants.


Il s'agit-là d'une évolution profonde du débat, si les outils et pratiques qui l'accompagnent permettent à chacun des participants (et des experts auquel il peut faire appel ou des nouveaux venus informés de son attrait en cours) à la fois de l'aborder clairement à tout moment, de rester au fait de sa diversité et de tirer pleinement expérience de l'interaction des connaissances de chacun - d'où va émerger le savoir commun, la sapience mise à disposition. Pour cela il convient qu'un secrétariat (unique ou partagé) n'en fasse plus la simple copie documentaire - que donne déjà le support informatique - , mais en organise et tienne à jour une compilation intellectuelle de travail, séparant clairement l'avancement de chacune des thématiques abordées, etc. Nous aurons ainsi un "perférent" à la disposition de tous.


Le concept de "blik" (un "encapsulant" de la dynamique du débat) veut répondre à cela en s'appuyant sur la présentation "wiki" aisément réutilisable pour des citations et compatible avec des apports extérieurs déjà travaillés sur les sites tels que ceux de la fondation Mediawiki) et le système logiciel "bliki" qui sera peu à peu adapté et étendu, de l'outil encyclopédique commun aux partenaires digitaux de chaque membre du débat numérique.


Nous appellerons "primauteur" le conveneur d'un projet de blik, et "publik" les personnes s'unissant pour le faire vivre. Un "perférend" (perférendum en latin de Cicéron) est le support du développement du texte commun.


return


> box -




> endbox -


> endbox -
|}


> fran - Franco.jpg


> conflex -
Le processus de "conflexion" est celui du croisement simultané de multiples réflexions utilisant des notions paraissant architectoniquement proches.

Il vise à asseoir chaque réflexion (et à en susciter de nouvelles) sur une base conceptuelle commune plus largement éclairée.

  • L'on pourra reprendra l'ancien mot de "circonflexion" ("tourner autour du pot") pour la phase préliminaire de remue-méninges sémantique qui cherchera à dégager les croisements notionnels des simples confusions de vocabulaire linguistiques.
  • Une aide à la clarification conceptuelle pourra apportée par la polynymie : l'identification des synonymies interlinguistiques strictes dans la description des données scientifiques.

La conflexion est le fondement de la méthode agorique (polylectique) de l'interdisciplinaire (ID).


> hm - Template:Hm


> rlmp -
une initiative MontpelNet

Blik publié dans le cadre de MontpelNet et soutenu par son IRHM[[File:Blik.gif|80px|mlink=http://blik.tf%7Ccenter%7CBlik: Book in Live]

-
recherche MP

> mnet - Template:Mnet MontpelNet


> cnrlib - Template:Cnrlib recherche MP


> creatise - Template:Creatise Creatise


> pm - Template:Pm PM


> bitop -



> bimid -



> bibot - |}


return